L'ouverture des commerces le dimanche par la petite porte

Publié le par Le chafouin

Vous allez dire que je radote. Que nenni : j'ai un droit de suite sur le sujet de la libéralisation du travail du dimanche. Je suivrai ce dossier jusqu'au bout! Je me permets donc de vous conseiller à ce sujet la lecture des excellents blogs d'Authueil et de Maître Eolas. Ils rapportent un article du Monde paru uniquement sur son site internet, et selon lequel le gouvernement s'apprête à alléger les règles sur le travail dominical en ce qui concerne le secteur de l'ameublement.

Plusieurs remarques à ce sujet. D'abord, Authueil et Eolas s'indignent de la méthode plus que du fond, à savoir que Luc Chatel, le secrétaire d'Etat à la Consommation, compte introduire cet allégement via un amendement à son projet de loi dite de développement de la concurrence au service des consommateurs. "Le gouvernement continue à prendre les parlementaires pour des imbéciles et le parlement pour une chambre d'enregistrement", s'indigne Authueil, habitué de la défense de l'Assemblée, puisqu'il y travaille. Ce qui est en effet contestable, c'est que l'urgence a été déclarée pour ce texte. Il n'y aura donc qu'une lecture devant chaque chambre. Le texte ayant déjà été examiné à l'Assemblée nationale, cet amendement ne sera par conséquent étudié qu'au Sénat, qui planche sur le projet Chatel à partir de demain! Si l'assemblée haute l'approuve, l'amendement (comme toutes les autres modifications au texte voté par l'assemblée nationale) sera donc soumis à la commission mixte paritaire, qui réunit six sénateurs et six députés. Dans ce cadre, rappelle Authueil, "les éventuels conflits entre les deux assemblées se trouvent ainsi réglés par un marchandage en petit comité, sans débat public. C'est gênant et cela devrait être l'exception." Certes. Et puis, Authueil estime que "l'ouverture des commerces le dimanche est un sujet qui mérite mieux comme débat. C'est un vrai sujet, avec du pour et du contre". Recertes!

Moi, ce qui m'énerve, c'est plutôt le fond. Et en l'occurrence, l'autisme dont fait preuve Chatel sur ce dossier depuis le début. Il n'écoute pas. Depuis le début, je lis ses interventions sur le sujet. Et on peut remarquer qu'il est absolument convaincu depuis des mois que la libéralisation de l'ouverture des commerces le dimanche se fera, quoi qu'il arrive. Où est la place pour le débat? Xavier Bertrand, lui, affirme qu'au-delà de cet amendement, la libéralisation du travail dominical sera pour 2008. Comme Chatel l'avait déjà annoncé en octobre...

Un sondage est paru dans le JDD, montrant que 53% des Français sont opposés à l'idée de travailler le dimanche, contre 26% qui y sont favorables. Un autre sondage, paru en octobre dans le Parisien, montrait qu'au contraire, 51% des Français seraient favorables à l'idée d'ouvrir les commerces le dimanche. En gros, on est d'accord pour consommer mais pas pour travailler. "Ce sondage montre que les Français sont très partagés", répond Chatel (quel réalisme!) qui d'un autre côté explique poutant que "dans la situation actuelle, les magasins d'ameublement ne peuvent pas ouvrir le dimanche et cela leur est préjudiciable." Autrement dit, les Français peuvent être contre, vous êtes bien gentils, mais moi je suis secrétaire d'Etat, j'ai Ikéa sur le dos, qui n'arrête pas de se plaindre, je reçois plein de courrier, sans compter Conforama et Monsieur Meuble, et j'en ai un tout petit peu marre. Comment comprendre cette idée de préjudice? Si demain, il leur est préjudiciable de ne pas pouvoir faire travailler les enfants la nuit, on le leur permettra? Ce n'est pas comme ça qu'on gouverne, que diable! Le pragmatisme, c'est bien, mais il ne faut pas non plus en abuser. On attend des arguments plus étayés, plus convaincants que "les commerces en ont besoin", ou "les gens seraient contents de pouvoir faire leurs courses le dimanche".  C'est bête, il n'en existe pas d'autre... Au contraire, le travail dominical a toutes les chances de nous plonger encore un peu plus dans une société d'ultra-consommation (l'expérience montre que ce n'est pas le Pérou). Et de fragiliser une nouvelle fois les familles.

Quand je pense à cette petite ballade du dimanche, tranquille,dans les rues désertes et calmes. Sérénité, apaisement. Quand je pense à ces courses horribles du samedi, où tout le monde se bouscule, s'énerve, où on maudit les poussettes... Stress, stress, stress. La beauté de l'état de nature, la laideur de ce que l'homme en fait parfois.

Publié dans Politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

le chafouin 18/12/2007 00:50

Eho, criticus, je suis tout prêt à défendre le gouvernement, mais encore faudrait-il qu'il prenne des mesures intelligentes. je n'en ai pas compté une seule depuis mai.En revanche, j'estime que ces mesures ont pour unique but de plaire au lobby des grandes surfaces (comme quoi, il suffit parfois de râler pour obtenir qq chose) et des commerces, et qu'elles vont dans lemauvais sens. Dès lors, je trouve qu'il n'est absolument pas adolescent de défendre mon point de vue mais plutôt salutaire.Ce n'est absolument pas ainsi qu'on remettra cette société debout, en tout cas. Oui, je suis pour qu'on défende nos frontières. Oui, je suis pour l'ordre, la sécurité, mais pas à n'importe quel prix...

Criticus 18/12/2007 00:06

Effectivement, je ne commente pas ce que tu dis sur la méthode employée par le louche et douteux Châtel car... je suis d'accord avec toi ! Je ne vais quand même pas t'envoyer des fleurs à chaque fois que je suis d'accord, tu risques d'en prendre la grosse tête... ;-)J'accède volontiers à ton argument sur l'état désastreux de notre société, mais je remarque que tu t'opposes dans le même temps à ceux qui prônent une reprise en main autoritaire de la situation.Sarkozy n'est pas le président dont nous aurions rêvé, cela va sans dire, mais au moins, il a contribué à faire évoluer les mentalités par rapport à l'immigration, à l'ordre, au travail, à l'école, à la nation...C'est de l'esbrouffe pour une très large part, mais il a réussi à faire admettre, par exemple, que l'on ne rentrait pas en France et en Europe comme dans un moulin... Hortefeux ne m'inspire rien de bon, mais au moins, il est inflexible sur l'immigration clandestine.Ton opposition de principe au gouvernement me semble donc quelque peu adolescente. Il y a plus urgent que le repos dominical, que diable ! Il faut remettre cette société à l'endroit, et vite. Ce sera un travail de longue haleine, sept jours sur sept. Au boulot ! :-)

le chafouin 17/12/2007 18:09

@criticusSi tu ne défends pasl'hyperconsommation, c'ets en tout cas l'image que tu donnes depuis le début de cette discussion, puisqu'effectivement, tu prends ce sujet comme symbole d'une société qui ainsi serait plus "trépidante". Plus audacieuse, même, pendant que tu y es?De commentaire en commentaire tu affines, précises ton propos et il devient je dois dire un peu moins caricatural (tu me pardonneras, je suis radical dans les discussion, mais tu le sais).Ceci dit, ton dernier argument est à mon sens sasn effet car il suppose que nous appartiendrons à un monde idéal avec des gens civilisés éduqués et bien coiffés. Ce n'est pas le cas, nous sommes dans une société (ouvre les yeux, un peu) déstructurée, où l'argent est la seule valeur et la consommaiton son unique sacrement. Les gens sont mal éduqués, de plus en plus incultes et quand tu connais la date du sacre d'un roi, tu passes pour un héros. Alors désolé de penser au plus petit dénominateur commun lorsque je parle "questions de société". Pour moi, c'est le plus bas niveau qu'il faut envisager. Si tu permets aux gens éduqués de fumer du cannabis, ils le font modérément. Cf aux Pays-Bas. Si tu autorises ça à un peuple un peu rebelle et borné comme le nôtre (il l'est devenu au fil du temps), il en fait n'importe quoi. Idem pour l'uverture des commerces le dimanche.J'ajoute que tu ne commentes en réalité pas le fond de mon post qui traitait d'une mesure prises en catimini et sur la pression de lobbies du type Ikéa et Conforama. J'aimerais savoir ce que tu en penses aussi.

Criticus 17/12/2007 17:35

Le dernier commentaire est sans objet me concernant, vu que je ne fais en rien l'apologie de la consommation. Un coup dans l'eau.Quant au tien, Chafouin, je crois qu'on n'a pas les mêmes grilles de lecture : quand je parlais, par exemple, d'Union occidentale plutôt que d'Union européenne -on peut en rediscuter si tu veux-, tu tombais des nues. Là, tu fais de moi un hyperconsumériste, ce que je ne suis pas. Je juge la consommation si futile qu'on ne devrait pas en faire tant de cas. Ce n'est pas l'hyperconsommation qui provoque les maladies sociales que tu évoques, mais l'inverse. Un esprit bien éduqué ne se ruera pas sur les vitrines à tout bout de champ. Mais il peut en revanche apprécier le fait de pouvoir faire ses courses quand il le veut, et ne pas rechigner à travailler le dimanche.

joséphacruchot 17/12/2007 13:16

J'arrive après la bataille, comme d'habitude. Mais je suis également très inquiète de ces ouvertures le dimanche. Y a qu'à voir tout ce mois de décembre: rues noires de monde le dimanche à Paris, par des gens hagards, qui se grouillent d'aller d'un point A à un point B comme à Saint Lazare heure de pointe, qui semblent habillés très modestement mais ont les bras chargés de sacs aux logos d'enseignes prestigieuses, des brochettes de minettes qui se lancent "Allez on va chez H&M maintenant??"... Le cauchemar intégral. Non, je n'ai pas envie que tous les dimanches ressemblent à ça... Et je ne trouve pas pertinents les arguments de Criticus, qu'il me pardonne: si les gens jugent "trépidantes" les virées chez Jules ou Zara, ça va mal! Quant à ces phrases: "une société du risque, de l'audace et de l'initiative. Bref, une société jeune, qui se préoccupe moins de défendre sa "qualité de vie" en s'arc-boutant sur son système de santé ou de congés mais qui veut bâtir, créer, innover." ... Allez, bâtissons, créons, soyons audacieux: osons le Caddie rempli, et à bas lle repos, la réflexion, le retour sur soi, la consolidation des liens sociaux! Vive l'atomisation!!!