Dérives euthanasiques (2) : l'étouffement dans un sac plastique

Publié le par Le chafouin

Alors que passé l'épisode tibétain, les médias recommencent leur matraquage pro-euthanasie, voici une nouvelle preuve des dérives possibles dans le monde merveilleux des Etats modernes, progressistes, révolutionnaires et avant-gardistes qui offrent enfin l'accès à une mort digne.

Après la proposition de loi déposée en Belgique, proposant d'étendre, comme aux Pays-Bas, l'euthanasie aux vieillards déments et aux mineurs âgés de plus de sept ans, c'est au tour de la Suisse de faire parler d'elle. Merci à un brillant commentateur pour l'info, que j'avais laissée passer. Il est vrai que nos médias se sont gardé d'en faire leur une.

La macabre association Dignitas, celle dont le métier est d'assister les candidats au suicide (et donc de les tuer sans crainte de poursuites), propose désormais un étouffement à l'aide d'un sac rempli d'hélium. Relançant ainsi le débat sur ce thème en Suisse, où l'initiative n'a pas été du goût de tout le monde.

Voici ce qu'en dit le quotidien Le Temps : " Ces pratiques sont filmées pour attester d'un acte libre effectué par le patient et les images sont transmises à la police. Quatre décès ont été enregistrés de cette manière depuis la mi-février, a rapporté hier le procureur djoint de Zurich Jürg Vollenweider. Contrairement au natrium pentobarbital (NAP) utilisé jusqu'ici, l'hélium ne doit pas être prescrit par un médecin. «Le patient met lui-même un sac en plastique sur sa tête et étouffe», explique encore Jürg Vollenweider. «Pendant plusieurs minutes le corps des mourants continue de bouger. C'est difficile.» "

Alors que la polémique enfle en Suisse, l'association est montrée du doigt au sujet de ses méthodes. "Elle s'est vu interdire de pratiquer successivement dans deux appartements zurichois, dans des locaux industriels, dans un hôtel et dans la villa de son fondateur. L'association avait fini par aider à mourir deux Allemands dans des véhicules à l'orée d'une forêt", écrit Le Temps. Selon rue89, le président de l'ordre des médecins zurichois, Urs Stoffel, estime que cette méthode est digne de "celles du troisième Reich".

Du coup, des voix s'élèvent pour demander au gouvernement fédéral de légiférer sur cette question. Celui-ci s'y était refusé à l'automne dernier, pour ne pas donner l'impression d'inciter à un quelconque "tourisme de la mort".

Voilà qui devrait nous faire réfléchir, puisqu'en France nous avons encore le luxe de débattre de ces questions. Au fond, qu'est-ce qui est choquant, la méthode utilisée ou le fait de tuer? L'acte, ou son moyen? Une chose est sûre : on voit mal comment l'adjectif digne peut être accolé à une mort de ce genre. Et dire, encore une fois, que ce pays et cette association font partie des exemples à suivre, à écouter l'ADMD!

Publié dans Société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

matthieu 25/08/2017 22:58

au lieu de faire comme si c'était si horrible, expliquez en détail pourquoi l'hélium, et on pourra peut-être comprendre quand dans certains cas, il vaut largement mieux pouvoir choisir de partir comme ça.

Rose Poulin 28/01/2017 17:39

Plusieurs de vos liens ne fonctionnent pas.

computer help 10/12/2014 13:18

This is pro-enthusiastic mood that the last TV show has given its viewers. The choking inside the plastic bags is a common scene in the TV shows all these years. This is the same message that is conveyed here.

richard 26/04/2009 20:20

Bonjour à tousJe trouve tout à fait normal que chacun ai le droit de décider de sa vie ou de sa mort. Si l'association DIGNITAS en est réduite à utilisée une méthode peu reluisante comme le sac plastique sur la tête, c'est parce qu'elle ne peut plus utiliser une méthode plus humaine: le NAP, médicament à base de pentobarbital qui permetait de mourir dignement en dormant sans aucune souffrance. Tout ça à cause de petits bourgeois "bien pensants" qui s'offusquent. La vraie question étant de savoir si, dans un monde où la vie coûte cher, où la dignité des plus humbles n'est absolument pas respectée, où les 2/3 de l'humanité n'ont même pas de quoi manger, de quoi s'habiller, de quoi se loger, doit-on obliger tous ces gens à vivre lorsqu'ils souhaitent cesser de souffrir? Doit-on continuer à laisser les gens riches (qui gouvernent) promulguer des lois pour leur interdire toute possibilité d'une mort douce ? De quel droit des hmains doivent priver aux autres la possibilité de choisir l'heure et la méthode pour mourir? Nous savons tous, depuis ces dernières années, qu'il n'y a qu'une poignée de la population terrestre qui aura accès aux soins, au confort, aux décisions aux richesses. En France, le droit de mourir dans la dignité n'est toujours pas reconnu, mais ne nous faisons pas d'illusion, on ne verra pas un humain mourrir proprement en dormant avec du NAP (intetrdit à la vente) mais on verra des gens se jeter sous un train avec toutes les horreurs que cela représente! La personne ne s'offusque bien sur ! On est resté des barbares en france, surtout depuis l'affaire"Chantal SEBIRE" : pas de cartier, pas d'exeption.

le chafouin 26/05/2008 19:50

@marie alixVous croyez POUVOIR maîtriser votre vie et votre mort mais tout cela vous échappe.non, ce n'est pas une question de pouvoir, c'est que la société à son mot à dire sur la vie et la mort... Quand chacun fait ce qu'il lui plaît, cela s'appelle l'anarchie.