Quatre petites réflexions sur l'avenir de l'Union européenne

Publié le par Le chafouin

Tiens, pour une fois, une chaîne intelligente. Pierre Catalan me provoque : il me demande de  donner, à la suite des siennes, quatre idées, quatre projets pour l'Union européene. Il n'est pas idiot d'ouvrir le débat sur l'avenir du Vieux-Continent, alors que se profilent à très court-terme les élections européennes (qui ont lieu le 7 juin prochain); et que, ma foi, il est important que les citoyens se saisissent de ces questions.

Le sujet précis : "Quelle Europe voulez-vous en 2020? Quels doivent être les 4 priorités à mettre en oeuvre dès aujourd'hui pour améliorer l'Europe, la rendre plus démocratique, plus compétitive, plus forte à l'international, plus en avant sur le développement durable, etc."

Si je dis que Pierre me provoque, c'est que je suis très peu européiste. Ou alors, j'aime trop ce continent et son histoire pour supporter ce à quoi j'assiste depuis que ma conscience politique existe. Donc ces idées, quelles sont-elles?

1- Stopper tout élargissement jusque au moins 2050. On n'est pas pressé, Rome ne s'est pas faite en un jour, comme dit mon voisin. Si l'on veut créer une vraie union politique, ce n'est pas en ajoutant tous les ans, ou presque, de nouveaux participants au débat qu'on va réussir à s'en sortir. D'ailleurs, si on avait pas commis l'idiotie, en 2004, d'intégrer dix Etats d'un coup, on n'en serait sûrement pas là. En revanche, si on veut faire un conglomérat économique absurde qui surtout, ne fasse pas d'ombre aux Etats-Unis, là, c'est vrai, intégrons à tour de bras. Dans la lignée de cette idée, il faut à mon sens dire non très vite à la Turquie. L'Europe doit avoir une âme, un cadre naturel et philosophique, et surtout des frontières pour pouvoir avancer. Si elle ne prend pas pour base ses racines chrétiennes, géographiques, historiques, elle n'ira nulle part. Intégrer un Etat musulman dans l'UE ne me gêne pas. En revanche, ouvrir nos portes à la Turquie, qui n'a jamais fait partie de l'Europe, où les islamistes sont aux pouvoir, et qui a une frontière commune avec l'Irak, cela me semble une très mauvaise option, n'en déplaise au sieur Rocard. Et puis, autant être francs tout de suite avec nos amis Turcs, plutôt que de les faire tourner en rond.

2- Revenir aux fondamentaux du principe de subsidiarité. On nous a répété, en cours de droit communautaire, qu'il s'agissait d'un principe de base de l'UE : tout ce qui peut être fait plus intelligemment au niveau des Etats doit l'être. Or on a le sentiment que c'est l'inverse qui se produit : les Etats sont dépossédés de leur monnaie, de leur capacité d'agir au niveau économique, bref, de leur souveraineté, pour un système absolument pas démocratique (voir les points 3 et 4). Même la fiscalité ne leur appartient pas! On n'a pas le droit de baisser les taxes sur la restauration. Je suis d'accord avec Pierre Catalan pour dire qu'il faudrait plus de majorité qualifiée et moins d'unanimité dans les prises de décision au niveau du Conseil européen, mais ce serait bien si les Etats gardaient quelques compétences intéressantes, là où ils peuvent agir. Comme dans tout Etat fédéral!

3- A quand la responsabilité des élus européens? On n'arrête pas de nous dire que l'Union manque de visibilité, que les Etats ont beau jeu de se défausser sans cesse sur l'Europe, de se plaindre que les citoyens ne s'y intéressent pas. Mais quand voit-on des signes de l'Union? Je veux dire, à part sur des panneaux de chantiers de construction, à part au journal télévisé, et une fois tous les cinq ans à l'occasion des élections européennes? Il me paraît essentiel que les élus européens et les commissaires assument leur politique et se déplacent sur le terrain pour la justifier. Quand les pêcheurs sont en colère, le commissaire concerné devrait mettre les mains dans le cambouis et aller à leur rencontre, plutôt que de laisser le ministre français ou espagnol jongler avec des solutions qui en définitive, seront soumises à l'accord de ladite Commission.

4- A quand des institutions démocratiques? C'est l'essentiel. 2020, c'est un peu court, mais je ne comprends toujours pas ce système à la fois interétatique (conseil européen) et très intégré (commission), avec un pouvoir législatif dont les compétences restent très faibles. L'exécutif a trop de pouvoir eu égard à sa légitimité démocratique, qui est quasi-inexistante (mise à part le vote au parlement européen). Pour envisager une amélioration, il faudrait que l'Europe cesse de se méfier des peuples. Par ailleurs, il paraît indispensable de créer des initiatives européennes : par exemple, les traités devraient être soumis à référendum le même jour dans toute l'Europe. N'est-ce pas ainsi que la conscience européenne pourra émerger?

Bon, et puis je dois refiler le bébé à quatre autre blogs : je pense à Authueil, Toreador, Partageons mon Avis, nouveau maître de la blogosphère wikioenne, et Aymeric Pontier, qui a besoin d'idées de sujets.

Publié dans Europe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Enzo 10/10/2008 09:23

Les Américains ? Ce peuple immature passé selon Einstein directement de la barbarie à la décadence sans passer par la civilisation ? Ce peuple qui a laissé ses dirigeants empoisonner le monde avec leur fausse morale vétérotestamentaire et osant justifier par Dieu le massacre massif et systématique des femmes et des enfants des pays qu'ils asservissent ? Il y a certes deux ou trois choses positve aux USA, comme une liberté d'expression réelle, une méfiance instrinctive et méritée du peuple contre l'Etat (hélas non suivie d'effet) et une certaine méritocratie. Mais le reste, sans façon... Je refuse de suivre l'Amérique dans sa folie totaliraire de domination mondiale, qui était déjà là en 1938 et chez certains dès 1914...Je m'incline avec respect devant certains grands hommes politiques américains : Huey Long l'homme de paix immolé au Moloch guerrier, Henry Ford le visionnaire, Charles Lindbergh qui paya de la vie de son enfant ses idées, Robert Murphy et le Président Hoover qui firent ce qu'ils purent pour sauver un peuple d'un génocide, le général Patton le plus grand officier américain depuis Lee et Joseph Mc Carthy qui sauva l'Amérique du communisme au prix de sa carrière, de son honneur, de sa santé. Tant que l'Amérique sera dirigée par le système actuel, malgré le bon fond de son peuple, aucune entente ne peut, ne doit être possible. Qu'elle médite comment a fini le courageux mais trop arrogant général Custer... 

le chafouin 10/10/2008 08:59

"nous", c'est qui ce "nous"?Les USA? c'est l'Europe outre-atlantique, c'est notre alter-ego, c'est notre fils non assumé... On a souvent été alliés avec les Tsars, mais était-ce vraiment concret ou seulement honorifique?Les liens ont toujours été beaucoup plu sfort avec les Etats-Unis. Je t'aime moi non plus...

Enzo 10/10/2008 07:56

Moi je préfère être avec les Russes qu'avec les Américains. On fait parti du même camp : celui du Heartland contre le Rimland, celui des paysans contre les marchands, celui des peuples de la forêts contre ceux du désert

le chafouin 10/10/2008 00:49

@Nicolas JPingué? No follow? C'ets quoi tout ça? Moi je fais rien de spécial, je linke et c'est tout!! ;)@EnzoPas d'accord. Je préfère être ave cles amerloques qu'avec les russes ou les chinois. On fait partie du même "camp", celui de l'occident.

Enzo 09/10/2008 17:41

Il est inutile de vouloir améliorer quelque chose qui est nocif dès le départ. Mieux vaut dissoudre et refaire une autre Europe, sur d'autres valeurs, en se débarassant notamment de tous les régimes à la solde des Américains, nos principaux ennemis.