Sarkozy tient bon au sujet du Dalaï-Lama

Publié le par Le chafouin

Nicolas Sarkozy a donc finalement eu le courage de rencontrer le dalaï-lama en dépit des menaces insensées de la Chine, qui ose parler d'arrogance et menace ouvertement la France de représailles commerciales.

Selon Challenges, "Le Quotidien du peuple, organe du Parti communiste chinois, estime ainsi qu'"inévitablement il y aura un prix important à payer pour une provocation aussi fourbe sur une question qui tient à l'unité nationale de la Chine et ses intérêts vitaux". Le China Daily estime lui que "l'arrogant président français" ne pourra que s'en prendre à lui-même si les ventes de produits français baissent en Chine, et qu'il "l'aura bien cherché"."

Sarkozy a eu également eu le courage d'affirmer haut et fort qu'il était "maître de son agenda", pour répondre à ceux l'ire des autorités chinoises, qui contestent cette "intrusion dans les affaires intérieures chinoises". Le Dalaï-Lama, de son côté, a félicité le président français pour sa "fidélité à ses principes".


Encore une fois, la France semble être la seule à payer le prix de ce type d'engagement et de "fidélité", comme au temps de l'impossible débat autour du boycott des JO de Pékin. En France, on aime bien ces élans de romantisme, qui nous rappellent que nous sommes un pays chargé d'histoire, le pays des droits de l'homme, si ce mot a un sens. Ces élans d'universalisme aussi, puisque la France n'a toujours pas rompu avec ce vieux rêve de convertir le monde entier à notre façon de voir les choses. Quand bien même en l'occurrence, il ne s 'agisse pas d'un discours musclé sur les droits des opposants chinois, mais juste d'une rencontre, somme toute très symbolique!

Disons-le tout net : je ne suis pas expert en diplomatie, ni en stratégie internationale. Je ne suis pas sûr qu'il s'agisse de la bonne option. Mais j'aime ces élans. J'aime être fier des faits et gestes internationaux de mon président, et je l'ai été hier, une fois n'est pas coutume.

J'aime que tout ne soit pas calculé en fonction d'enjeux économiques. J'aime qu'on torde parfois le cou à la realpolitik, que d'autres valeurs soient mises en avant, que tout ne soit pas que profit et prospérité. Je me demande cependant où est le lézard ici, car il est très rare que Nicolas Sarkozy agisse au nom de "principes". En a-t-il seulement?

En revanche, il se confirme que je n'aime pas l'arrogance de la Chine, sa prétention à vouloir faire taire tout opposition y compris en-dehors de ses frontières. Sa propension, même, à vouloir faire taire y compris les ressortissants des pays étrangers. Sachant que de toutes manières, ses propres citoyens n'en auront pas connaissance. Bientôt, la Chine voudra que même dans notre esprit, on ne conteste pas sa politique?

Quand le monde aura compris que les produits chinois sont de mauvaise qualité, comme on le voit de façon de plus en plus évidente, quand on se tournera vers d'autres marchés plus "sûrs", les Chinois cesseront peut-être de faire les malins.

(Ce billet est bien évidemment dédicacé à Cilia, qui l'a ardemment demandé : j'ai fini par céder, faible que je suis)

Publié dans International

Commenter cet article

manuel 09/12/2008 16:16

Si je dois me mettre à la place des dirigeants chinois, je peux comprendre leur réaction, mais pourquoi le faire?notre président peut rencontrer qui il veut, quand il veut sans avoir à en informer quiconque au préalable. arrêtons de vivre selon les autres (les chinois en l'occurence), nous sommes une nation libre et souveraine.

Criticus 09/12/2008 14:17

Oui et non : nous pouvons vendre nos centrales à d'autres pays, ils ne peuvent en acheter qu'à nous. Ils le seront en la matière lorsqu'ils se seront approprié les technologies que nous leur vendons à tour de bras.

le chafouin 09/12/2008 09:18

Désolé pour mon absence d'hier!@manuelje crois effectivement, comme dit mancioday, que le fait qu'on ait tergiversé, qu'on dise blanc un jour et noir le lendemain, ne plaît pas trop aux Chinois. Pour le este, en effet les chinois feraient mieux de se regarder en face dans une glace avant de se mettre à crier dans les médias.@ManciodayOui, on devrait s'en tenir à une seule politique étrangère! Mais depuis que sarko est à l'élysée, on en change toutes les semaines...@CiliaMerci à toi de m'en avoir laissé l'occasion... Je crois comme mancioday que tu as raison sur nos revirements.@criticusEN même temps, les chinois sont en position de force, non?

Criticus 08/12/2008 13:30

De toute façon, s'ils veulent éviter un Tchernobyl, ils sont bien obligés de faire appel à Areva... et comme ils ont un besoin urgent d'électricité...

cilia 08/12/2008 13:20

@ manuel,Certes. Mais Sarko avait seulement annoncé qu’il rencontrerait le DL avant la fin de l’année sans plus de précision. Et d’ailleurs, quand celui-ci est venu en France, il y a eu une période de flottement pendant laquelle on ne savait pas si le président le rencontrerait ou pas. Finalement, il délégua son épouse.On peut donc imaginer que les autorités chinoises espéraient que cela reste à l’état de projet sans cesse reporté.